Troisième trimestre de grossesse


Je te racontais mon premier trimestre de grossesse dans cet article, et le second dans celui-ci. Je crois qu'il est grand temps de faire le bilan de ce dernier trimestre de grossesse !

Contrairement à ce à quoi je m'attendais, c'est une période que je vis assez mal.  Si tu as lu mon article sur le mummy blues, tu t'en doutes déjà. Notamment, en fait, parce que j'ai beaucoup de mal à accepter la façon dont mon corps change. Je ne suis pas parvenue à enrayer la prise de poids entamée au deuxième trimestre, et si je ne me goinfre pas à longueur de journée, je n'arrive pas à faire particulièrement attention. Le résultat, c'est que les kilos continuent de s'accumuler, et que mon corps continue de gonfler. C'est réellement l'impression que j'ai, celle d'enfler d'un peu partout, du visage, des bras, des jambes. Je bénis l'arrivée des beaux jours parce que les pantalons de grossesse achetés en taille 38 ne me vont malheureusement plus. 

Il faut savoir que je bois, depuis des années maintenant, au moins 2 litres d'eau par jour. En plus de ça, j'ai commencé à me tartiner d'huile d'amande douce matin et soir dès que j'ai su que j'étais enceinte. Et pourtant malgré tous mes efforts, ma peau a craqué. A l'heure où j'écris ces lignes, je n'ai aucune vergeture sur le ventre. En revanche, les lignes violacées sont apparues sur mes fesses, l'intérieur et le haut de mes cuisses, ainsi que mes hanches. Elles ne sont pour l'instant pas très longues, ni très épaisses, mais de nouvelles apparaissent régulièrement et j'ai vraiment peur qu'elles s'élargissent avec le temps, ou après l'accouchement. C'était donc vrai, peu importe ce que tu fais, si la peau doit craquer, elle craquera. 

Plus le temps passe, plus je pense à ce à quoi mon corps va ressembler après l'accouchement et j'ai vraiment peur de ne pas parvenir à l'aimer ainsi. 

J'ai dû arrêter complètement le sport, dès la fin du mois d'avril il m'est devenu impossible de faire quoi que ce soit. Même le vélo elliptique était douloureux. En fait, si je reste debout un peu trop longtemps, j'ai la sensation que le bébé pèse très bas, mon ventre devient dur, tout me tire et j'ai atrocement mal. Il s'avère que le bébé a décidé de se reposer entièrement sur mon côté gauche, et malgré les séances d'ostéo il refuse de bouger. J'ai donc tout le poids qui pèse d'un seul côté et des douleurs intenses du côté gauche, dans l'aine et la cuisse. En réalité même la position assise devient inconfortable au bout d'un moment, je ne me sens réellement bien que lorsque je suis allongée. En plus de ça, je me suis récemment bloqué le bassin en tentant de soulever un carton, j'ai été incapable de bouger pendant deux jours jusqu'à ce que l'ostéo me décoince. J'ai toujours très mal mais au moins je peux me déplacer !

Pour ce qui est de mon humeur, je dois dire qu'elle oscille beaucoup. Le fait de ne plus pouvoir faire les activités que je veux, de devoir passer la plupart de mon temps allongée sur mon lit, de ne pas pouvoir m'habiller comme je veux, d'être sans cesse fatiguée, d'avoir mal un peu partout... Ajoutez à ça l'impatience de rencontrer enfin mon bébé, et surtout l'angoisse grandissante à mesure que la date fatidique approche. Je crains l'accouchement, autant que je crains ce qui viendra après. Et pourtant je meurs d'envie que cette grossesse prenne fin, j'ai la sensation de ne plus en voir le bout. Je passe mon temps à rêver du moment où je pourrais enfin reprendre le sport, sortir de chez moi, me réapproprier mon corps, mais surtout commencer ma vie de maman. 

Malgré tout il y a quand même des avantages à cette fin de grossesse ! 

J'ai adoré préparer la chambre de bébé, faire attention à tous les détails, commander la décoration, laver ses vêtements pour les ranger dans les placards... On m'a donné énormément de vêtements pour bébé ce qui fait que je n'ai presque rien acheté, et j'ai vraiment hâte de pouvoir l'habiller avec tout ça ! J'ai également préparé ma valise pour la maternité, en tout cas pour l'essentiel, il ne manque que les choses qu'on rajoutera dedans à la dernière minute. 

Les coups de bébé sont maintenant devenus douloureux, et pourtant c'est sans doute ce qui me dérange le moins. J'adore le sentir bouger, cette sensation de connexion particulière entre nous. Il a déjà ses habitudes, il bouge toujours aux mêmes heures, certaines positions lui déplaisent, etc... Et ça me donne l'impression de le connaître déjà un peu. 

En plus de ça, s'il était en siège jusque là, il s'est enfin mis dans la bonne position, ce qui me libère d'une angoisse quant à l'accouchement ! 




Aucun commentaire