La charge mentale des femmes... Et celle des hommes

par - 06 juillet


Le congé maternité m'offre le temps de beaucoup de lecture, et j'ai entendu parler de ce livre dans le podcast « Grand bien vous fasse » qui traitait de la charge mentale. Non seulement c'est un sujet qui est grandement d'actualité ces derniers temps, mais je me sens d'autant plus concernée depuis le début de ma grossesse... Parce que mon homme a beau me soutenir, il n'en reste pas moins que c'est à moi de penser à tout. Et quand on sait tout ce à quoi il faut penser pour accueillir un enfant, on en a rapidement le vertige. 

La promesse de ce livre ? Permettre d'identifier et de repérer la charge mentale et nous aider à trouver des solutions pour ne pas se laisser déborder

Qu'est-ce que la charge mentale ? 

Le livre définit la charge mentale comme « le fait de devoir penser à un domaine alors qu'on se trouve physiquement dans un autre ». Ce n'est pas uniquement le fait de cumuler à la fois les tâches de la maison, de la famille et du travail, par exemple. C'est le fait de devoir penser à tout ça, constamment, peu importe l'endroit où l'on se trouve. 

Dans mon couple, par exemple, je ne peux pas dire que le partage des tâches n'est pas équitable. Je m'occupe de la cuisine tandis qu'il met la table et la débarrasse. Je m'occupe du linge et il se charge de la vaisselle. Je passe l'aspirateur, lui la serpillière, etc. Malgré tout, toute cette organisation me revient, à moi et à moi seule. Qu'il s'agisse de devoir lui demander de passer la serpillière, par exemple, ou bien de noter nos rendez-vous à tous les deux, de m'assurer qu'on a bien payé les factures, planifier les prochaines courses, réfléchir aux menus de la semaine, etc. 

Le concept est devenu très connu suite à la BD réalisée par Emma, « fallait demander ». Je vous mets le lien par ici, il vaut vraiment le coup d’œil pour comprendre ce dont il s'agit. Finalement, la charge mentale c'est le fait de devoir toujours penser à tout. 


Le livre

Ce livre a été écrit par Aurélia Schneider, une psychiatre spécialisée dans les psychothérapies comportementales et cognitives. Elle introduit le roman par d'intéressantes leçons d'histoire qui permettent de définir la charge mentale, en retraçant son historique à travers les années. Le prologue nous permet d'ailleurs de voir qu'il en était déjà question à l'époque où a été écrite l'introduction du Kama-sutra, au IIe siècle !

L'auteure explique, entre autres choses, qu'une partie du problème vient d'une époque où la femme n'était que très rarement présente dans le milieu professionnel. Tout ce qu'elle pouvait faire au sein du foyer n'étant pas rémunéré, son travail pourtant bien réel était fortement dévalorisé par rapport à celui de son mari. En fait, on n'accordait que peu de crédit au travail domestique. Aujourd'hui, Dieu merci, les femmes qui le souhaitent peuvent travailler comme elles le veulent, néanmoins elles restent malgré tout en charge du foyer. 

Ensuite, l'auteure tente de décrypter les différentes choses qui peuvent engendrer le phénomène de la charge mentale, ainsi que ses manifestations physiques. Le livre entend nous aider à détecter la charge mentale pour en venir à bout. Parmi les différents symptômes, elle cite notamment : une fatigue excessive, des troubles du sommeil, une forte émotivité, etc.

Enfin, et c'est ce qui m'intéressait lorsque j'ai acheté ce livre, elle consacre toute une partie aux solutions que l'on peut mettre en place. Je ne vais pas les lister, ce serait voler le travail de l'auteure, mais il y a quand même un point particulier qui m'a interpellée. Elle appelle ça la « décentration dans le temps ». On a toujours un millier de choses à faire, et personnellement j'ai toujours l'impression que le monde va s'écrouler si je ne les fais pas. L'idée ici, c'est de prendre une tâche en particulier, et de se demander : quelle importance est-ce que cela aura dans 5 ans ? Par exemple, enceinte, je voulais absolument lessiver les portes de toute la maison avant l'accouchement, mais je n'ai jamais trouvé le temps ni l'énergie de le faire parce que rester debout ou pire accroupie me fait un mal de chien. Et ça m'angoissait pour de bon. Et puis je me suis demandée, quelle importance est-ce que ça aura, en 2023, que j'ai lessivé les portes ? Aucune importance. Alors je lâche du lest. Le bébé ne va pas mourir si les portes n'ont pas été lessivées, ma maison est propre quand même !

Alors bien-sûr,  il ne s'agit pas de dire qu'on ne passera plus jamais l'aspirateur de sa vie. Seulement est-ce que, vraiment, si cette semaine on décide de ne pas le faire, par manque de temps, ça aura une incidence grave sur le quotidien ? 

Mon avis

J'ai trouvé ce livre particulièrement bien conçu, le découpage est intéressant parce qu'on y parle vraiment des origines de la charge mentale, de la répartition des tâches, etc. 

Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est le fait qu'il propose des solutions réelles, des exercices pratiques à mettre en place pour se libérer du quotidien. Tout ne m'a pas convaincue, certains conseils m'ont laissée dubitative mais je suis parvenue à trouver mon bonheur en piochant parmi les solutions proposées par l'auteure. 

Le tout dernier chapitre traite notamment spécifiquement de la charge mentale au sein du couple, en faisant une synthèse globale du reste du livre mais en proposant des solutions propres au fonctionnement d'un couple. 

C'est un ouvrage intéressant, non seulement pour les solutions qu'il propose mais aussi pour tout l'aspect historique et scientifique qu'il apporte, et qui est trop souvent mis de côté lorsqu'il s'agit de charge mentale.




Tu aimeras peut-être

0 commentaires